Reculer pour mieux se donner de l’élan

Comment arriver à comprendre pourquoi nous faisons ce que nous faisons, pourquoi nous sommes ce que nous sommes.

Assise dans les airs, c’est souvent quand je vole que mon esprit fusionne avec mon cœur. Comme si mon âme pouvait ressentir plus clairement les sensations, les émotions ; comme si elle pouvait mieux faire la part des choses et simplement être en paix avec ce qui est.

Dans les airs, c’est comme si pour un bref instant, la vie prenait une pause : pas de connexion internet, pas de contact social avec les gens de mon entourage. Juste cette sensation de vide sous les pieds, ce mouvement inhérent à la vie qui fait que l’on est transporté au sens propre comme au sens figuré.

Je sens mon pouls dans ma poitrine, je sens ma salive sur mes lèvres. Je sens mon corps physique, un peu lasse du voyage, mais posé et reposé. Je sens ces pensées, ces idées qui vont et qui viennent, mais surtout, je sens cette ouverture, cette confiance et toutes possibilités. Vous pouvez voler si vous le souhaitez, mais comment ? Par où commencer ? Quel effort fournir et au profit de quelles idées, rêves ou aspirations ?

Je me demande ce que je fais de ma vie, de mon temps. Mon cœur guide mes élans, mais concrètement, je cherche toujours comment réussir, comment m’épanouir.

Je rêve de créativité, de productivité, d’émancipation, mais en même temps, de solitude, de contact avec la nature et d’échange ave les autres. Tout s’oppose, mais au final, le temps passe et je vis au jour le jour depuis un moment déjà…

Avec la fin de saison d’hiver je comptais partir un mois et rentrer. Je pensais que je serais attendu à mon retour en Europe, mais au fond de moi, je savais que c’était tiré par les cheveux et incertain. Je savais que cette nouvelle relation n’avait pas été explorée suffisamment en profondeur pour pouvoir m’y fier, pour pouvoir construire quelque chose de solide et de concret. Simplement de par l’observation quant à l’ouverture entre nous deux. Certaines relations sont plus timides que d’autres. La vie nous marque et façonne nos personnalités et fonctionnements. J’avais peur de perdre pieds, peur d’être abandonnée et donc, j’ai y cru aveuglément. Au début de mon séjour, je me suis acharnée : messages envoyés à la kalachnikov, longues heures d’attente dans l’espoir d’avoir un réponse, un peu d’attention, obsession par cet objet qu’on appel ‘’téléphone’’ et qui de nos jours s’installe entre les individus, leur donnant l’illusion éphémère qu’ils savent, qu’ils échangent et qu’ils partagent avec d’autres leur quotidien et leur vie… puis au bout de 14 jours, une partie de moi a compris et  j’ai laissé aller.

 J’avais toujours l’idée saugrenue que malgré cette sensation tapis au fond de moi, les choses allaient se dérouler selon mes plans, mais ce n’était qu’un souhait profond empreint de détresse et de candeur. Je nous voyais nous retrouver, mais je savais aussi au fond de moi que mon 4e séjour dans ce pays n’était pas anodin et qu’enfin, j’avais la possibilité de vivre l’expérience à fond sans l’influence d’une relation en cours ou de toutes autres influences externes. Hélas, c’était faux et aujourd’hui, je sais… Que je le savais déjà. Rien ne se passe comme on ne s’y attend. Et souvent, je pense que les choses changent, les situations évoluent simplement pour nous forcer à lâcher prise par rapport à ce désir ardent de contrôle… Comme si en ne nous donnant pas ce qu’on attendait d’elle, la vie nous enseignait à vivre  plus simplement, à exister et à communiquer davantage avec ce qui nous entoure, nous nourrit et nous donne la force de poursuivre notre chemin.

Aujourd’hui, je n’ai pas envie de baser mes choix de vie sur le fait qu’une personne sera à mes côtés ou non. En y repensant, je comprends enfin pourquoi je me sentais si fébrile à l’idée de croire si naïvement en ces plans de retour en France… On ne sait jamais comment la vie peut changer, comment les choses peuvent évoluer.

L’important c’est de reconnaître qu’une fois dans l’instant présent, l’acceptation et l’adaptabilité sont les seules véritables options dont nous disposons pour s’épanouir.

J’ai donc décidé d’écouter mon cœur et d’être libre. La liberté, c’est d’être soi-même sans attendre l’approbation des autres. De toute façon, le secret du bonheur, c’est la liberté… et le secret de la liberté, le courage… Ca en prend du courage pour se jeter dans l’inconnu. Ca en prend de la force de caractère pour arriver à dire ‘’non’’, ce n’est pas de cela dont j’ai envie…

Je sais que je n’ai plus rien à perdre et donc… j’ai décidé de me retrousser les manches et de suivre cet élan qui m’habite. Je retourne au Sri Lanka. Je sais, je viens à peine de rentrer, mais j’y pense depuis la mi-mai. J’ai retourné la question dans tous les sens et ma réponse est claire et nette. C’est de cela dont j’ai envie.

Je vais y rester, faire ce qui me rend heureuse et vivante : surfer, partager ma passion pour le yoga et vivre dans la simplicité sur les dunes de sable dans une petite maison traditionnelle. A partir du moment où j’ai accepté que cela était possible, les choses ont commencées à couler et tout s’est mis graduellement en place. Je n’y retourne pas sans bien au contraire, j’ai trouvé un petit chez-moi, j’ai trouvé de endroits où enseigner et je sais que là où je m’en vais, je vais pouvoir me reconnecter avec cet élan de créativité et retrouver la paix. Vivre sans attendre que quelqu’un soit là à mes côtés, me débrouiller seule et profiter de chaque instant !

Si le cœur vous en dit, venez me rejoindre dans ce havre de paix qui sera mon chez-moi pour les mois à venir… Très bientôt, je vous partagerai l’annonce Air BnB de ma petite maison sur les dunes…

Je vous souhaite une magnifique journée, où que vous soyez

Om Shanti Om

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s