Maha Sadhana au Sri Lanka

Le soleil est déjà brûlant. Assise à l’ombre sur un fauteuil en palettes agrémenté de gros coussins massifs blancs crème, l’ambiance est cozy, douce et le son des vagues me berce et me transporte. Une musique de fond masque les conversations des gens assis dans ce lounge café récemment découvert il y a 2 jours. Situé sur le toit d’une terrasse à Arugambay, j’y ai trouvé un repère, un lieu de ressourcement, mais surtout, un endroit qui me ramène à l’essentiel, qui me ramène à moi-même et à ce que je suis venue faire et chercher ici au Sri Lanka.

J’attends mon petit déjeuner, un smoothie bowl accompagné d’un  »energizing coffee » plus précisément, le meilleur café d’Arugambay servi avec de l’huile de coco pressée à froid et du ghee, le tout, bio, bien entendu!

smoothie bowl and energizong coffee

Nicklauss et sa compagne sont 2 suédois voyageurs, parents d’un bambin de 3 ans et bientôt, d’un nouveau né. Ils gèrent le café et concoctent aux gens de passages comme aux expatriés et aux locaux bien nantis, des petit déjeunez et lunch frais, végétarien et bien souvent sans gluten. Grano sur les bords, hippie, surfeurs et yogis partagent l’espace. Aux côtés de cet oasis culinaire, des paravents en bois de rose ornés de sculptures balinaises séparent la pièce en deux et laissent place à un sanctuaire où l’on peut dérouler son tapis et faire sa propre pratique ou se laisser guider par Monica, une femme dans la quarantaine qui a élue domicile ici dans la Baie avec son compagnons il y a de cela, déjà quelques années.

Quand j’ai découvert cet espace il y a quelques jours, je n’étais pas en phase avec moi-même. J’avais passé une semaine à surfer à tous les jours et une nouvelle routine de vie s’était instaurée sans trop que je me pose de question, mais il me manquait quelque chose : un lieu où me sentir chez-moi, un endroit où me déposer sans avoir sans cesse à discuter avec les locaux ou à justifier le fait que je n’avais besoin de rien si ce n’était que de silence et de tranquillité.

Bay vista café

Les Sri Lankais sont gentils et bienveillants pour la plupart, mais beaucoup sont accaparants et envahissants, surtout avec les jeunes femmes voyageant seules comme moi !Au bout d’un moment, ça devient vite lassant et donc, je suis ravie et comblée d’avoir laissé mon intuition me guider ici un matin en voyant un affiche annonçant des cours de yoga tous les jours.

Au départ, je pensais simplement utiliser l’espace pour me recueillir et faire ma propre pratique ; venir de temps à autre manger un bout et me ressourcer. Le jour J, je suis revenue en soirée un peu avant le coucher du soleil. C’était le lendemain de la pleine lune je me souviens… Le 11 mai. J’avais le cœur gros, plusieurs questions m’envahissaient l’esprit, mais surtout la peur quant à l’incertitude à laquelle je fais face compte tenue des événements récents de ma vie privée. Je me suis assise sur un bloc, j’étais seule sur le toit car le café ferme aux alentours de 15h30. Puis comme une fée déposée sur mon passage, Monica est venue à ma rencontre. Elle ne faisait que passer, mais nous avons pu échanger quelques mots. Quelques minutes avant, les larmes avaient coulé le long de mes joues ; lâchez-prise et tristesse, résilience et acceptation. Le travail de cette pleine lune était en cours je crois bien… Ce bref échange, cette solidarité féminine, la douceur de cette personne m’a aidé à faire la part des choses et en me couchant ce soir là, j’ai pris une décision:

Que ce voyage soit une Maha Sadhana… qu’il me ramène à l’essentiel, dans la vie de tous les jours, en passant par mon tapis de yoga

happy feet yoga

Je suis venue au Sri Lanka en cette fin de saison majoritairement parce que je n’avais… pas d’autre endroit où aller. En séparation, sans domicile fixe avant la fin du mois de juin, je n’avais pas envie de rentrer au Québec. Après un hiver ardue, j’avais besoin de me déposer et de me ressourcer, mais je n’avais pas non plus envie de ‘’voyager’’ à proprement dit. J’avais envie d’être en terrain connu et de prendre du temps pour moi. Donc comme je connais bien les mœurs et coutumes du peuple de cette île fabuleuse, je me suis dit : allez ! J’y retourne. Je n’avais passé que quelques jours à l’automne dernier dans l’est. Donc comme le mois de mai marque le début de la saison en matière de surf ici à Arugambay, je n’ai pas hésité à faire plusieurs heures de tuk tuk et de voiture pour me rendre dans ce lieu où les éléphants et les paons côtoient les buffles et les chèvres dans une campagne aride et un relief plat à 2 pas de spots de surf érigés au top 10 des meilleurs endroits au monde pour surfer.

Ce matin, c’était donc mon second matin en yoga avec Monica. Elle demande aux nouveaux arrivant de se présenter à tous les matins et de partager avec le groupe leur expérience en matière de yoga. En tant que professeure, je préfère garder ce ‘’détail’’ pour moi et donc, le premier jour, comme on avait discuté un peu la veille au soir, elle n’a pas insisté sur mon ‘’background’’ et j’en suis ravie. Je peux donc me glisser subtilement dans la peau d’une ‘’sadaka’’ sans qu’il n’y ait aucune attente à mon égard ou aucune pression extérieure. C’est psychologique vous me direz, mais je crois sincèrement que ça fait une différence ; Même si enseigner les asanas et le mode de vie qui accompagne le yoga est mon métier et mon style de vie, j’aime par moment me faire guider. J’aime me faire corriger pendant les enchaînements et surtout, j’aime apprendre. Nous avons tous une couleur en tant qu’individus, et encore plus en tant que professeur. Accepter de se laisser aller à travers une pratique est très constructif et très instructif. Nous n’avons pas toujours les rennes dans la vie, parfois, le leader naturel en chacun de nous est très présent et parfois, il ne demande qu’à suivre le courant et se laisser porter.

J’ai donc décidé de me consacrer au yoga en tant qu’élève pendant mon séjour et je pense que c’est de loin, la meilleure décision que j’ai prise depuis mon arrivée. J’apprends, je respire, je travaille en conscience et ça me nourrit, ça me fait du bien.

yoga bay vista

Donc pour les 3 semaines à venir, ma routine sera essentiellement faite de silence le matin puis de yoga, ensuite recueillement et écriture puis en fin de journée, surf. La soirée étant propice au trop plein d’émotions et de réflexions, je vais tâcher de méditer dans ce lieu magique une fois la nuit tombée et ainsi, me laisser aller dans les bras de Morphée avant 23h afin de recommencer le jour suivant.

C’est beau, c’est bon, c’est magique et c’est la vie ! Je suis reconnaissante, contente d’avoir pris cette décision.

Je vous souhaite une belle journée à vous, où que vous soyez !

Namasté

 

Stéphanie

 

 

Publicités

One Reply to “Maha Sadhana au Sri Lanka”

  1. Magnifique. Merci pour ce beau témoignage. Il m’a beaucoup touché et je me suis retrouvé dans celui-ci. Je suis dans un cas similaire au tien. Et je ressens ce besoin depuis plusieurs mois de me déposer et de me ressourcer quelque part et loin de tout, sans que personne ne te connaissance particulièrement et n’ai d’attente de toi. Du temps pour soi. Je pense que je partirai à l’automne prochain.
    Je te souhaite de tout mon coeur de te ressourcer, de te remplir tout plein de bonnes énergies, et de trouver tes réponses.
    Et si le temps et l’envie te le dit 😉 , c’est avec plaisir que je recevrais bien quelques informations supplémentaires sur cet endroit, sur le Sri Lanka et l’endroit où tu loges. (je ne connais pas du tout).
    Je te souhaite une très belle journée et encore merci pour ton témoignage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s