escapade en métropole: Colombo

Ambalangoda. J’entre dans le train. Mon sac à dos de 30 litres est confortable. Les gens se ruent sur les sièges de libre, et je me dis que 2 heures de trajet debout, c’est pas agréable, mais c’est faisable. Je n’aurai qu’à me trouver une porte libre (oui oui, une porte coulissante de train, qui donne sur l’extérieure… sur le paysage qui défile sous mes yeux…) Je m’adosse contre le mur et j’observe les maisons, les arbres, cocotiers, palmiers, temples et rivières qui sont de plus en plus flous au fur et à mesure que le train accélère.

J’ai mes écouteurs sur les oreilles. Un fond de musique m’accompagne telle une trame sonore, soigneusement sélectionnée pour la scène en particulier… Pendant que le mouvement du wagon me berce tranquillement, un jeune femme me tire sur la manche. Voilée, accompagnées d’une adolescente elle aussi portant le voile et d’un petit garçon d’environs 8 ans (qui lui est vêtu de shorts et d’un t-shirt). Elle m’invite à m’assoir avec elles. Une autre dame, celle-ci portant le sari, est également assise sur la banquette. Nous partagerons cet espace pour tout le trajet. 5 personnes sur 2 petits bancs. On est tassés, mais c’est confortable. Les fenêtres de bord en bord du wagon 2e classe dans lequel je me trouve sont ouvertes et laissent circuler l’air et les odeurs des vendeurs ambulant qui sillonnent le train dans l’espoir de gagner leur vie. Pommes et épices, tranchées sur place, Dhal frie en boule, eau, coke, jus, bref, il y en a pour tous les goûts.

Au cours de ce trajet, les échanges entre ces femmes et moi-même sont touchants. Teintés de curiosité, tant pour elles que pour moi. Des sourires, des gestes généreux (elles m’offrent à manger, je fais de même…) Elles me posent des questions toutes simples: D’où viens-tu? où vas-tu? Pourquoi es-tu ici?… Elles s’intéressent.Ouvertes, rieuses et joviales. Des gens simples…  Avec ces 3 femmes, je me sens plus solide, comme si peu importe la couleur de ma peau, et les différences qui pourraient creuser un fossé entre nous, le courant passe. C’est comme si un vent de solidarité et d’entraide sans frontière entre femmes de tous horizons nous enveloppait toutes les 4…

WP_20160707_12_16_38_Pro

À l’inverse, je sens des regards incessants à mon égard venant de la gente masculine. Rien de bien méchant, mais plutôt gourmands. Certains se lèvent, se rapprochent et viennent me voir de plus près. Ils me regardent, me déshabillent des yeux. Je sens comme une idéalisation de ma petite personne. Comme si en ce moment, j’étais l’héroïne de plusieurs histoires romanesques, farfelues ou carrément porn de plusieurs hommes à la fois.. Ouf. Vivement le réconfort de la musique qui ne m’obligent pas à leur répondre car… on croît que je n’entends rien 😉 Et bien non! Quand même, je ne suis pas si folle! Je garde les yeux ouverts, et même si un fond de bon son ronronne dans mes écouteurs, je suis toute ouïe à ce qui se passe autour de moi.

Le train arrivent en gare. Je salue mes copines de voyage, je prend mon sac, et je descends du wagon. Les gens fourmillent sur le quais. Plusieurs vendeurs de grignotines et de pains et de cochonneries s’approchent des fenêtres ouverte au cas où les passagers du train auraient envie de manger un bout pendant leur trajet. Je me retourne, je croise un regard, j’échange un sourire avec une dame…

Je suis à Colombo!

Jour 1: Arrivée aux alentours de 14hrs30

À la sortie de la gare, pas un pas de fait, on me saute dessus pour que je prenne un tuk tuk. Je suis obligé de remettre mon masque de chieuse ferme et froide (qui n’est jamais rangé bien loin quand je me trimbale seule au Sri Lanka… 😉 Je demande au gentil monsieur de me foutre la paix, le temps d’appeler la guesthouse où je me dirige et savoir si je peux  »checker-in » dès maintenant. Le temps de vérifier l’adresse, de l’entrer dans mon GPS, de calculer le nombre de km et hop, je regarde le chauffeur qui aussitôt, revient au trot. J’ai réservé une chambre studio via Air bnb. Propre, bien située, aéré avec puits de lumière. Sympa, sauf que j’étais certaine qu’il y avait la climatisation… Tant pis!!

WP_20160707_15_20_40_Pro

2 heures après, j’ai pausé mon sac, pris une douche et je suis prête à bouger! j’ai super faim! Méga faim même donc… mon chauffeur de tuk tuk rencontre la Stéphanie qui a la dalle!!! Lol Franchement, quand je l’ai vue celui-là, il m’a fait peur… avec ses 2 palettes en moins sur la rangé du haut, un gros nez et ses 3 pauvres poils sur le coco… Un air de malfamé sorti tout droit d’Un film des années soixante-dix… Je me suis dis:  »hey merde! Dans quoi est-ce que je m’embarque là? » Je suis certaine qu’il a aussi dû se dire quelque chose du genre… Mais plus positif! Nous avons mis une dizaine de minutes à nous accordé au cœur du trafic de fin de journée. Entre mon GPS que je brandissais et mes indications que j’exprimais en articulant le plus possible… J’ai renoncé à trouver le Good Market ce soir là car il n’était simplement pas là. Du moins… je ne le voyais pas et lui… était prêt à me dropper au McDo pour que je puisse manger… LOL

Au moins, son tuk tuk était équipé d’un compteur. Donc… il était réglo le drôle de Monsieur. J’ai tenté de lui faire comprendre ensuite par tous les moyens que je souhaitais manger dans un endroit simple. Local.. un lieu où lui, irait manger s’il avait faim! Rice & Curry! Rice & curry! qu’il me répétait… Nous avons suivi le flot du trafic à travers les districts de la ville… Un arrêt, puis un autre.. Jusqu’à ce que je lui mande de s’arrêter. J’avais trouvé. Quand il a vu la place… il a décidé de m’accompagner! J’étais la seule femme. En robe longue, les épaules couvertes, les chevilles aussi, mais un sourire de petite fille affamée étampé dans le visage. Le propriétaire du boui boui en question était amusé, et il s’est occupé de moi comme si j’étais la reine d’Angleterre!  »You hungry Madam? »

Mon chauffeur, les yeux rond comme des trente sous, restait à distance, mais on pouvait lire sur son visage une mine amusée, contrariée, mais nonchalante… Une tête qui dit: Mais où s’en va le monde? ahahaha Il m’a accompagné au super marché ensuite mais est resté dans le tuk tuk. Patient, il m’a laissé arpenté les allées à la recherches de grignotines et gourmandises de toute sorte…

Je suis rentré 2 heures plus tard à ma chambre.

De l’eau, mon Rice & Curry, des choconuts (peanuts enrobés de chocolat) Du jus de mangue (qui finalement s’est avéré être du sirop dégueulasse) Des fruits pour le petit déj, et des Pringles (qui drôlement, ne m’avaient pas tant manqué que ça finalement…)

Repue, devant une série Bollywood sous-titrée en anglais… j’ai laissé le ventilo doucement m’accompagner vers le sommeil. Dur de dormir par une chaleur pareil, mais mon corps en avait de besoin…

Jour 2

Levée à 7hrs.

Le temps de fouiner sur le net, de trouver le nom des produits qui me trottent dans la tête, le temps de bien noter les adresses des lieux que je souhaite voir aujourd’hui. Ce ne sera pas une journée touristique, mais bien une chasse aux cafés vegan et aux studios de yoga, une course pour trouver des produits bios pour mes cheveux qui n’aiment pas trop le traitement reçu depuis le dernier mois et demi; entre 1 mois d’eau salé et de soleil intense à Bali et 6 semaines d’alimentation so so… Il est grand temps que je m’occupe d’eux!

10hrs. Je pars à pieds. Je retourne sur les lieux visités la veille dans l’espoir de trouver le Good Market.35 minutes pour me rendre sur place… 20 minutes pour tourner dans tous les sens et presque abandonner… Je remarque finalement une pancarte sandwich en face du ministère des sports…Caché derrière un grand mur de pierres…

Ça y est! Il est 11:15am quand je m’assois et que je contemple mon assiette.

Je sais, je n’ai pas vraiment mangé ce matin, une mangue et 1 thé noir. Je devrais manger un petit déjeuner, mais j’ai vraiment très faim. J’opte donc pour la salade de pois chiches, avocats, mais, tomates et Cie. Un smoothie à l’avocat, une table à l’ombre… Le paradis. Je ne demande pas tant que ça après tout!

WP_20160708_12_54_43_Pro

Le Good Market est vraiment un endroit sympa que je recommande! Dans Colombo 7, il est difficile à trouver, mais les gens ici sur place sont ouvert et très gentil! La gérante du Life Food m’a été de très bon conseils. Je reviendrai demain, soit samedi, car à tous les samedi, ils organisent un grand marché à air ouverte derrière le bâtiment du ministère des sports avec plus de 40 stands… Bref, à suivre, je vous en redonnerai des nouvelles après avoir vue ce dont il s’agit demain!Voici quelques photos du magasin, mais également du comptoir à salade où j’ai commandé mon repas santé!

Ensuite, je flâne, j’entre dans un spa où je discute produits avec une jeune femme. Elle est belle, douce, me serre la main et prends ma carte d’affaires. Une belle personne! Elle m’a dit où je pourrais trouver tous les produits ayurvédiques que je cherche.

Je saute dans un tuk tuk et 5 minutes plus tard, je fais la queue devant un store fermé. Le magasin ouvre ses portent à 13h30. il est 13h15. Une jeune Cinghalaise attend avec moi. Elle est jolie, souriante… on discute un peu! En ville, les gens sont un peu plus décontracté vestimentairement parlant. Elle par exemple, porte un legging et un t-shirt. Normal quoi! On est loin des vêtements sans aucune prise en considération des motifs ou des couleurs vu sur Balapitiya et dans les autres plus petites villes plus au sud. Ici… la mode compte. et j’aime ça 😉 Le volet se soulève, les employés pénètrent d’abords. Puis, les clients. On est nombreux. Le magasin est grand. Le Srina Palace… Un palace à la caverne d’Ali Baba; des tablettes remplies de produits de toutes sortes… Toutes les marques bisons qu’on connait nous en Amérique et en Europe, et le reste… qui m’intrigue. Je sors ma liste… 4 filles et 1 mec m’aident.

Je trouve tout ce que je suis venue chercher!

  • de la poudre de Methi
  • de la poudre de Bhringraj
  • De la poudre de d’Amla
  • des tubes de henné rouge pour décorer mes mains (je vais expérimenter… on verra 😉

WP_20160709_01_10_35_Pro

bref, je suis contente!

Je repars de là à pieds…

Je mets le cap vers un centre de yoga et café, le Prana Lounge et le Kumbuk café.

WP_20160708_15_01_59_Pro(1)

20 minutes plus tard, je me retrouve dans un quartier un peu plus huppé. J’ai quitté la frénésie des grands artères pour me retrouver dans un chic quartier résidentiel. Encore une fois… il faut vraiment ouvrir l’œil, mais je trouve! Plus rapidement que pour le Good Market!

 

Je suis reçu par une brochette d’homme accoudés au comptoir. Mais pas le genre à me dévisager. Non! On m’invite à entrer, à prendre un siège. la déco est vraiment sympa, un peu vintage. À mi-chemin entre le Indi, rétro agrémenté d’une touche Gypsy bobo.

WP_20160708_15_12_56_Pro

Je commande un green juice. Ananas, concombre et menthe, servi avec un popsicle homemade à la fraise.

Je m’attable, et je respire, enfin! Autour de moi, des couples, des copines qui accompagnent une des leurs enceinte. Des touristes, oui, mais très peu. On dirait plutôt le lieux de rassemblement de locaux. Des gens décontractés, ouverts sur le monde, des citadins qui vivent comme vous et moi, à Grenoble ou Montréal…

Mais en Asie, au Sri Lanka… À  Colombo. Des Cinghalaises en jupes et en shorts courts. Les épaules dénudées. J’ai chaud sous ma grande chemise trop grande et ma jupe longue trop longue! Mais je suis bien, là. Ici et maintenant. Ma paille comme à Bali, est réutilisable, en stainless steel… C’est frais quand je sirote mon jus… et ça fait du bien!

Je grignote des provisions achetés précédemment chez Good Market. C’est ok car ils vendent à peu près les mêmes marques et produits et font de la promo pour le commerce de l’autre chacun de leur côté. Des barres granolas gluten free fait à partir de noix de coco et de fruits séchés et du chocolat noir… trop bon!

Je bascule de l’autre côté après mon petit goûter pour discuter avec la fille qui est à la réception du centre de yoga, le Prana Lounge. Elle s’appelle Nathali. Certifié en Reiki, elle s’inspire du Chamanisme pour aider les autres vers le mieux-être… Elle me parle de Prana Lounge, qui appartient à une amie à elle… Le centre est tout nouveau… La déco est vraiment belle. On dirait que je suis retournée illico à Bali! D’ailleurs, les vêtements et bijoux qui sont entrain d’être mis en vitrine viennent de Bali! Ils ont plusieurs workshop au programme pendant le mois et une séance de Kundalini ayant lieu le lendemain qui attire mon attention. On jase, je me présente, parle de ce que je fais au Sri Lanka. Nathali prend ma carte et m’invite à les contacter si j’ai envie d’organiser quelque chose avec eux…  Ateliers, cours, bref…Je suis contente. Je quitte cet espace serein une heure plus tard direction Odel, un fashion store recommandé par cette charmante personne à la peau basanée et aux plumes qui ornent ses oreilles.

un peu de shopping. Odel. Comment dire. Les galeries Lafayette en plus petit. On se croirait en Europe. Tant pour la mode, que pour les gens qui y circulent, clients comme employés. Les options sont tout de même évidente. Soit on s’habille à l’occidental, soit on s’adapte. Donc de belles couleurs, de belles matières, des prix abordables, des soldes! Oui oui! et un fouillis pas possible à la Zara ou H&M. Je trouve mon compte. 1 jupe, 2 haut couvrant les épaules pour 2 fois rien. l’équivalent de 20 euros.

Ensuite, chez CF UK (Ceylon Fahion)

razia totale! Juste à côté de chez moi, à quelques minutes à pieds, j’y suis passé ce matin et j’avais gardé en tête quelques items à essayer. J’y retourne donc après avoir mis mes emplettes en lieu sûr dans mon petit studio. Des hauts pour 3 fois rien, une belle jupe bohème… bref, je me suis fais plaisir. J’ai été raisonnable, je n’ai pas envie de repartir à Balapitiya avec une valise en plus! Mais au moins, dorénavant, j’aurai un peu plus d’option et je ne serai pas obligé de toujours porter mes pantalons qui commencent déjà à faire la gueule…

Je retourne chercher à manger chez mon ami de la veille. Rice & Curry, et un coka, pour le fun! Je hurle de surprise quand il me le verse dans une petite pochette plastique… J’avais demandé  »to go » Je n’en demandais pas tant! Les bouteilles sont consignées, elles doivent donc rester sur place. C’est marrant. Je rentre chez moi avec un sac plastique contenant mon apéro du soir… Sirotant le tout en marchant, comme si j’avais acheté un poisson rouge à l’animalerie du coin et que la soif avait eu raison de moi… Ils sont marrant ces Cinghalais quand même…

Aussitôt rentrée, aussitôt douchée. Il est passé 19hrs… Un traitement de henné naturel sur les cheveux. 1hrs20 plus tard… je me dis que plus jamais, je ferai confiance aux Sri Lankais qui me dit : oui oui, en dodelinant de la tête comme les figurines ornant les dash de char! Arffff je suis officiellement rousse AGAIN! Mais malgré moi! Dégoûtée… je vais devoir trouver vite de l’argile et mixer ça avec de la noix de coco… ça tombe bien… c’est la chose la plus simple à trouver au Sri Lanka… 😉

Des expériences. Des bonnes, des moins bonnes. Mais au fond, je suis contente. J’avais envie de changement en venant en ville… et bien j’ai été servie!

Demain, départ en train, je retourne à Balapitiya. Il faut bien bosser un peu… J’ai carrément repris du mieux ces derniers jours… Je vais me servir de cette nouvelle énergie de faire ce que j’étais aussi venu faire au Sri Lanka… Du yoga!!!

À Bientôt!

Namasté

Stéfani

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s