Bali et Le Mont Batur

2 heure du matin, l’alarme de mon réveil matin se met à sonner. J’ouvre les yeux, les paupières encore collées. C’est l’heure! dans 30 minutes, une fourgonnette nous emènera au pied du Mont Batur à Bali, à environs 1 heure de Ubud en voiture…

Depuis mon arrivée à Bali, avec mon chéri on y avait pensé… mais on repoussait la chose, ayant plutôt envie de  »farniente » et de surf, de bronzette et de découverte…

Céline, notre copine à tous les deux, est arrivée la semaine dernière, et d’emblée, elle a mentionné le Mont Batur comme élément exploratoire… Laurent a quitté l’île vendredi soir, et voilà! Samedi, Céline et moi avons réservez nos places assez facilement auprès de notre hôte à Ubud.

Donc, à 2h30 du matin, nous avons mis le cap sur le Mont Batur, un des 2 volcans de l’île des Dieux en Indonésie. 1717 mètres d’altitude. On arrive au pied de ce petit sommet. Il fait nuit noir, mais ici, tous le monde s’affaire… Des vans, des mini bus, et du monde, même si ce n’est pas encore la pleine saison. Avant d’arriver, on nous a fait prendre un petit déjeuner à couleur et saveur locale. Rien de très exagéré, juste une banane frite et un breuvage chaud. Au choix, thé sucré ou café liquoreux… Il fait frais, voir froid étant donné la fatigue ou la somnolence dépendant de tout un chacun. Je n’ai pas pris mes incontournables. Il faut croire que je travaille fort le lâcher prise et la simplicité pendant ce séjour en Indonésie. Donc je porte un short sport qui descend en bas du genoux, un débardeur technique et une petite veste qui respire elle aussi. Des baskets, tout ce qu’il y a de plus basique… Rien de très poussé au niveau accoutrement du parfait randonneur. Le départ s’est fait de façon précipité et donc, je suis partie sans ma frontale,sans mon bonnet et sans mon foulard fétiche! Mais bon. C’est comme ça! Les papilles rassasiées par le petit déj, le cœur réchauffé par le thé, nous commençons à marcher avec nos guides aux alentours de 4hrs du matin. Ayu et …. Une jeune femme de 23 ans et un jeune homme de 19 ans. Elle ouvre la marche alors qu’il l’a ferme. Nous sommes un groupe de 8 marcheurs, des gens venant de partout, des niveaux d’endurance assez diversifié.

Je suis la première en file derrière Ayu. Le faisceau de ma lampe de poche rase le sol et je suis les petits pieds et le rose fluo des chaussures de notre gentille guide. je la talonne presque et je me trouve bien motivée de bon matin d’entamer la conversation avec elle sur notre ascension. Elle ne sait me répondre car elle ne comprend pas mes nombreuses questions qui portent sur la durée, l’altitude… bref, les questions de base auquel on répond normalement par soi-même en  réservant ce genre d’activité mais bon.. Papillon et moi… non! On ne s’est pas renseigné!

Donc aucune idée de ce qui m’attends, tout ce que je sais à présent, c’est qu’on rentrera à la villa au grand maximum à midi. On m’a dit que ça dépendrait de notre faculté à se mouvoir en montagne… Dans ma tête, je me dis que j’habite les Alpes françaises… donc ça devrait aller 😉

On monte. La première partie est vraiment facile… mais restons polis, on va dire… gentille. Voilà, la première partie est gentille. Le chemin est sablonneux, et la terre semble très foncée, normal. Bali, c’est une île volcanique, alors on foule la terre de feu! Deuxième partie, ça commence à monter un peu. Le sentiers est abrupte, voir étroit par endroit. Je reste sur les talons de Ayu qui se retourne souvent pour voir si je vais bien. Elle me demande à plusieurs reprises si j’ai envie de me poser, de boire de l’eau. Céline, moi et les premiers, on avance avec un rythme soutenu. Mais d’autres derrière traînent un peu de la patte. C’est ok, on fait avec la vitesse de tous. Il y a beaucoup de gens dans la montée. Des groupes devant nous, derrière aussi. Ça commence à grimper un peu plus à pic. Mais avec un souffle tranquille, je garde le rythme. Ayu s’arrête devant un temple Hindouiste et nous prévient qu’elle va prier. Je la regarde, elle et ses collègues… S’agenouiller et poser les mains en prières devant le front, au niveau du 3e œil… J’en profite pour inspirer, me connecter à mes racines. Sentir le poids de mon corps dans mes pieds… Je définis une intention pour mon ascension… Légèreté. Je me nettoie et me purifie par cette occasion. Je tourne la page d’un nouveau chapitre dans ma vie et je me débarrasse de ce qui ne m’est plus utile… Tant de choses se sont passées après tout dans les 6 derniers mois et dans quelques jours, je poursuivrai mon chemin vers le Sri Lanka… Je ferme les yeux et je prie moi aussi… à ma façon.

On arrive à un 2e camp de base. Des dizaines de personnes sont déjà entassées, des locaux nous proposent des boissons de toute sorte.  Il est 5hrs du matin. On nous offre 2 options, rester ici, car en haut, le sommet est entouré de nuage… Ou continuer pour atteindre le sommet, pendant un autre 30 minutes. La question ne se pose pas. On fait le Mont Batur ou on ne le fait pas… Donc on continue. La pente devient vraiment plus raide et le sentier… que dire. Il est en sable noir. Donc on monte en  zig zag, pour éviter les chutes. Puis, une vingtaine de minute plus tard, alors que le ciel commence au loin à rougir… On arrive au sommet.

WP_20160619_06_09_06_Pro

Il est 5h27. La montée s’est bien passée. Je sens mon corps chaud refroidir rapidement, mais je respire l’air pur qui m’entoure. On aperçoit au loin la silhouette des autres sommets environnants. Les nuages se regroupent au camp de base 2 et forme une mer de nuages… Donc nos collègues qui craignaient de ne pas apercevoir le lever du soleil à cause des nuages sont… en plein dedans! Les couleurs sont magnifiques. Jaune, rouge, orangé, rose, bleuté… le ciel est majestueux alors que le roi soleil s’élève lentement mais sûrement dans le ciel. On nous sert un petit déjeunez, pour ma part, fruits et œuf cuit dur! J’avais préalablement fait la mention  »sans gluten » donc… par chance, je n’ai pas les 2 pauvres tranches de pain blanc dans ma boîte à lunch! J’ai aussi des boules énergie au beurre d’arachides et une autre délicieuse aux dattes et cacao cru! un vrai régal qui recharge bien mes batteries!

Après une pause d’environs 45 minutes, notre guide nous accompagne vers la descente. Nous apercevons des singes, et des cratères qui émettent de la vapeur due à la chaleur du volcan. Celui-ci a explosé pour la dernière fois en 2000…  On voit clair maintenant et je n’ai pas trop envie de m’attarder, Céline non plus alors on trace.Le groupe se remet en marche et on descend. En tout, on aura marché… 3 heures incluant la montée et la descente, peut-être un peu plus.

On rentre à la villa un peu avant 10 heures. Le chemin du retour aura été plus long qu’à l’allée car notre chauffeur n’a pas eu le loisir de conduire sur les routes désertes de la nuit en plein jour! Je m’endors sur le siège arrière… La fatigue s’empare lentement de mon corps…Je suis contente d’avoir faite cette ascension. 300 000 Irp, et quelques heures plus tard, je suis fière de moi et nous avons passé un beau moment entre filles! Contrairement à tout à Bali, je n’ai pas négocié outre mesure notre activité car le prix m’a semblé juste. Ça équivalait environs à 21 euros, transport, petit déj, collation au sommet et sourire gratuit des guides qui m’ont vraiment touchés, surtout Ayu… Maman de 2 petites filles en bas âge, elle grimpe au somment 5 fois par semaine pour accompagner des groupes de touristes venant des quatre coins du monde. Elle touche un salaire de 70 000 Irp pour 4 marcheurs… Elle a un sourire lumineux et rigole sans arrêt. Elle est attentionnée, présente, et bien qu’elle ne comprenne pas toujours tout ce qu’on peut lui demander, elle est ouverte à la conversation et n’hésite pas à parler de sa vie, de ses expériences.. Vraiment, Ayu et le lever du soleil, ce sont mes 2 coups de cœur de la journée 🙂

Je pense à l’autre volcan sur l’île des Dieux… le Gunung Agung, haut de ses 3142 mètres qu’on voyait des îles Gilis… Ce sera pour un autre séjour! Par contre… Le Adam’s Peak au Sri Lanka… J’aimerais vraiment avoir la chance de le gravir aussi cet été… mais ça, c’est pour une autre aventure! En attendant, voici le sommet que nous avons gravi le 19 juin 2016… 🙂

WP_20160619_08_05_25_Pro

avec amour… namaste

Stefani

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s