On récolte ce que l’on sème

Il y a maintenant un moment que je n’ai plus écris… Plus écris sur les réseaux sociaux, plus écris dans mon semblant de journal. J’ai traversé la fin de l’été et le début de l’automne dans la plus grande intériorisation de mon existence. Je ne sais pas si cela vous arrive, à vous aussi, mais on dirait que plus le temps, passe, plus je deviens lucide, plus je me réalise et plus j’ai la sensation de comprendre la raison de cet existence pourtant si intrigante et mystérieuse.

J’ai passé la fin de l’été à faire des cartons. Le changement faisant partie intégrante de mon cheminement, mais également d’un schéma intérieur profond autour duquel j’ai évolué de l’enfance à l’adolescence puis jusqu’à l’âge adulte, il m’a semblé, cet été, ne pas avoir encore tout à fait trouvé ma place. Faire et refaire des cartons; Avoir défait ceux-ci et réaliser que malgré cette tâche accomplie, je reste comme dans l’impression de ne pas être arrivée à destination. Comme si mon corps physique s’était déplacé, mais que mon être, mon âme, mon cœur et mon esprit se trouve… ailleurs. Incapable de m’enraciner, à côté de la traque, de mes souliers.

Tout ceci appartient au passé. J’ose souligner à quel point il m’apparaît à ce jour être différente. Depuis la fin du mois d’août et l’arrivée de l’automne et davantage depuis le début du mois d’octobre, je perçois une lueur d’espoir. J’ai enfin écouté cette voix à l’intérieur de moi qui me disait : ‘’Revient, enracine toi au pied des montagnes…’’ Il nous a fallu du temps afin de tout mettre en place, mais nous voilà revenus à la maison. Celle où l’on se sent bien… Depuis notre arrivée en Isère, c’est comme si la lumière avait dès lors éclairé mon passage et qu’elle me permettait d’être  beaucoup plus à même de comprendre, de ressentir, de visualiser et de partager avec  ceux qui le veulent bien ce chemin de vie qui compose mon existence.

À travers mon cheminement en yoga, j’ai longtemps rebuté et repoussé la spiritualité et la place qu’elle pouvait occuper dans ma vie.

Attention, je ne parle pas ici de religion au sens propre du terme. Bien que dans notre société actuelle, on associe spiritualité à la pratique de diverses religions, il n’en est pas du tout question ici. Je parle de la spiritualité au sens plus large du terme. Au sens de la foi en quelque chose de plus grand, d’intangible et d’Imperceptible via nos sens. Je parle de notre puissance intérieure… Je parle de la spiritualité qu’on prêchée certes, tous les messagers de Dieu sous toutes leur formes… mais à travers laquelle il n’est ni question d’adoration d’un prophète, ni d’extermination de peuples entiers selon la volonté de qui que ce soit…  Pour ma part, je prône la laïcité. Laïcité dans le sens de simplicité et d’évidence même : Qui sommes-nous pour imposer notre façon de voir et de faire les choses aux autres? Qu’avons-nous de plus que les autres qui ne pratiquent pas la vie comme on l’entend? Qui sont-ils pour m’interdire de faire ce que je veux et ce qui importe à mes yeux… Non… Les religions sont pour moi une brèche à travers laquelle est permis le jugement de l’autre. Et de par ma pratique du yoga, découle une inclinaison vers le non-jugement et la non-violence.

Ceci dit, longtemps, j’ai préféré vivre et souffrir comme un humain dans un corps et un monde où la matière l’emporte au profit de nos existences misérables. À quoi bon croire si on ne voit pas, si on ne ressent pas et si ne peut mettre une explication concrète sur les événements et les choses qui nous entourent? À quoi bon croire qu’Il y a plus, et que nous sommes capable, nous, en tant qu’Homme, de se guérir soi-même des blessures physiques, physiologiques et psycho-émotionnelles qui nous affligent depuis la nuit des temps? Il est évident que la facilité l’emporte sur quelconque efforts de changer les choses… Et le manque de foi nourrit ce penchant pour la facilité. Se complaindre dans la matière, dans son histoire et dans la violence qui existe en ce bas monde, souffrir et nourrir cette souffrance en croyant dur comme fer que nous ne sommes que de pauvres victimes à qui la vie impose cette noirceur. Attachement, émotions négatives, sentiment de culpabilité, regrets… toutes ces énergies néfastes à notre évolution frappent à notre porte si nous laissons une trop grande place à l’égo et à l’ombre qui est en chacun de nous.

Il m’apparaît être évident que le yoga est un excellent moteur pour quiconque souhaitant accéder à un niveau plus élevé de conscience. Mais qu’est-ce cela veut dire? À quoi ça rime? Comment des séries de postures et des enchaînements d’exercices peuvent-elles nous amener à nous réaliser nous-même? La réponse est simple. Je l’ignore. Ce ne sont là, pas des choses qui s’expliquent, mais plutôt une expérience qui se vit. Corps et âme. L’un avec l’autre. Le corps bougeant à l’unisson du souffle. Notre force intérieure se fusionnant avec celle des autres et notre interaction avec ce monde extérieur.

En ce qui me concerne, il m’a fallu plus de cinq années de pratique assidue en yoga avant d’ouvrir la porte à la spiritualité. Et détrompez-vous, ça ne s’est pas fait du jour au lendemain. Il n’y a pas, un matin, un bonhomme avec un chapeau de la spiritualité qui s’est pointé chez moi en me proposant une offre que je ne pourrais refuser!

‘’Profitez de cette offre du tonnerre ! Vous ne serez pas déçue!

Invitez un ami et vous doublerez vos chances de réussite!

Payable en plusieurs versements avec un taux d’intérêt ridiculement bas!

Certaines conditions s’appliquent’’’

 

Non, ça ne s’est pas passé comme ça.

J’ai commencé par méditer. Oui oui, ce processus d’éveil a débuté par la pratique de la méditation. Oui, il s’agit bel et bien de cette ‘’activité’’ à travers laquelle … et bien à travers laquelle on ne fait rien! Mais également à travers laquelle il se passe des choses merveilleuses à l’intérieur… et à partir de laquelle on peut entamer une évolution certaine. J’ai compris avec le temps que le yoga n’était qu’une préparation du corps physique à la méditation… Et aujourd’hui, bien que la pratique du yoga soit pour moi une véritable voix sacrée et quelque chose que j’aime faire, il m’arrive de me lever, et de simplement m’asseoir sur mon coussin en fermant les yeux pour ainsi mieux ouvrir ceux du cœur…

Revenons à la méditation. Oui, il s’agit bien de cette voix dont vous parlent certaines personnes de votre entourage. Ceux que l’on juge souvent parce qu’Ils ont l’air… trop heureux! Ceux à qui on en veut parce qu’Ils ont donc bien l’air zen, en santé…

‘’Comment elle fait celle –là? Elle est toujours rayonnante, souriante, tout lui réussis…

Et celui-là… il médite… Houais… pauvre type! Ce n’est pas très viril comme loisir… Il ne doit pas faire de Cross fit…

Houais mais quand même… Faudrait que j’essaye, moi aussi… Mais je ne veux pas passer pour un de ces Bobos fan de ‘’méthodes de développement personnel new âge’’

Mais c’est impossible, comme est-ce qu’elle fait pour rester immobile sur ce coussin inconfortable?

Nous avons tous un discours par rapport à la spiritualité et par rapports aux moyens dont nous disposons pour accéder à l’illumination…  Alors que certains catégorisent cette dernière comme étant farfelue et impossible, d’autre lui ouvre simplement leur porte. Nous sommes tous uniques et il est de notre responsabilité d’être à l’écoute des différents signes que la vie nous envoie afin d’évoluer vers la paix intérieure et ainsi, vers le bonheur.

C’est simple. Cultivons la voix du centre, de l’intériorisation, de la confiance, de l’amour universelle, du non-jugement et de la non—violence et permettons-nous nous-même de vivre heureux dans la bienveillance.

À l’inverse, choisissons la douleur, la peine, les regrets et la haine et assumons la souffrance et la noirceur qui nous afflige.

C’est peut-être un peu drastique. Mais les choses sont ce qu’elles sont et seront ce qu’elles seront. Je crois sincèrement que rien n’arrive pour rien. Nous rencontrons les gens que nous devons rencontrer, et si nous avons sans cesse l’impression de revivre un drame existentiel, c’est que certains changements s’obligent. Accidents, épreuves difficiles, obstacles. Là ne sont que des messages subtils de la vie qui tente tant bien que mal de nous résonner, de nous élever vers la vérité. Si nous sommes vrais, francs avec nous-même, nous saurons lire entre les lignes.  Je pense que chacune de ces épreuves est nécessaire à notre évolution.

La méditation m’a permis de créer de l’espace en mon sein. Elle me permet à chaque jour qui défilent devant moi, de voir le bon côté des choses et de tendre l’oreille à qui veut bien m’orienter et me guider vers les bons choix et ainsi vers une sensation profonde de bien—être.

Détrompez-vous. Je ne suis pas un moine Bouddhiste, il m’arrive d’avoir de la peine, d’être en colère, fatiguée, épuisée même. Ces diverses états d’âmes sont le privilège que nous avons tous d’être humain… Nous avons cette capacité de ressentir et de nous émouvoir. La voix du centre et le fait de cultiver un certain calme intérieur apaise le mental et permet de voir plus clair. Cette clarté nous permet dès lors de vivre pleinement et en conscience le moment présent qui est, à lui seul, le véritable cadeau de la vie.

L’expérience que nous vivons tous sur cette planète n’est que la pointe de l’iceberg. C’est une étape parmi tant d’autres, un niveau de notre cheminement respectif. Les hauts et les bas, tel un mouvement consécutif et infini des vibrations qui nous composent font de nous ce que nous sommes. Rien ne sert de se définir par ce que nous faisons, ce que nous aimons et ce qui nous anime… Ce qui importe après tout, c’est d’être simplement…

J’ai ressenti une forte vibration récemment lors d’une promenade en nature. Je traversais un petit sentier ensoleillé quand soudainement, je me retrouvai dans l’ombre. Il faisait plus froid et j’observai la nature à mes pieds. Les feuilles, l’herbe, les arbustes et buissons étaient gelés alors que tout près, la chaleur du soleil réchauffait encore les environs opposés. En levant les yeux à l’horizon, je réalisai qu’un soleil et une chaleur intense était perceptible au loin. Et en moi résonnèrent ces mots : ‘’Il faut parfois emprunter le chemin de l’ombre si l’on veut voir la lumière…’’

Alors ne jugez point cette noirceur qui vous afflige par moment. Tendez l’oreille, ouvrez votre cœur. Asseyez-vous en tailleur et recevez le message qui vous est destiné. Les mots que vous entendrez peut-être ou que vous ressentirez en vous seront un premier pas vers la lumière, un premier pas vers votre propre guérison. Les mots soignent les maux. Et Chaque événements qui trace votre parcours peut vous apportez du bien. Il suffit de faire le vide, avant que s’en suive le plein.

À tous et à toutes, je vous souhaite de découvrir votre force intérieure, votre voix et votre chemin de vie.

All one,

Namasté

Alpe nov 2014  instagram

 

Publicités

3 Replies to “On récolte ce que l’on sème”

  1. WOW! Tout simplement wow! 🙂 surtout le bout très profond sur le cross fit 😉 hahaha mais non 😉 ton texte m’a beaucoup touchée, vraiment. Moi aussi la méditation a changé ma vie! xxx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s